Le village de Serres

Rennes-Le-Château - Le Dossier : les mystčres du Razes

 

A quelques kilomètres de Rennes-Le-Château se trouve le village de Serres. Les amateurs de Gabriel Knight III, le jeu vidéo, se rappelleront de la place que tient ce château dans les pérégrinations du héros de Jeanne Jansen. Tout comme la quasi-totalité des châteaux de la région, celui de Serres fut abattu par les croisés français lors de la guerre contre le Catharisme Occitan. Reconstruit par son nouveau seigneur, il prit alors la physionomie que nous lui connaissons. Il faut dire que le village de Serres fut particulièrement éprouvé par l’inquisition. De nombreux villageois y furent persécutés et envoyé au Mur, la prison de Carcassonne au cours de cette sinistre période. Serres est un charmant village qui a gardé le cachet des siècles passés. Son église très ancienne est particulièrement intéressante.
D’une facture similaire à celle de Rennes-Le-Château, elle présente un style très proche des églises carolingiennes. Il y a quelques années de cela, lors d’une restauration de son intérieur, il fut mis à jour de nombreuses décorations anciennes datant du XIIeme Siècle. L’ensemble des scènes fait, bien sûr, référence à la symbolique chrétienne telle quelle était représenté en ces temps. Nous retrouvons une représentation de Jésus auréolé ainsi que celle d’un homme d’église important ; probablement un évêque. Toutefois, ce ne sont pas ces décorations là qui firent couler beaucoup d’encre mais une représentation surprenante au sein d’une église. Juste avant le cœur, au plafond, sont peintes deux croix chrétiennes dont une portant la mention INRI. La présence de ces deux croix quasiment entrelacées, si l’on ne prend pas garde à y bien regarder, permis à certain de penser que cette représentation était celle d’une église gnostique ou encore voulant symboliser un manichéisme que d’autres pensent être propre au Catharisme.
Non seulement les Cathares ne furent pas des Manichéens, mais des dualistes tantôt absolus, tantôt mitigés, jamais ils n’auraient pris comme symbole une croix et encore moins de la représenter dans une église qui pour eux était le symbole du pouvoir de l’Eglise de Rome qu’ils honnissaient particulièrement. Alors, pourquoi ces deux croix au plafond de cette église ? Lorsque des Occitans étaient soupçonnés de sympathie Cathares, sans pour autant être des Parfaits ou des Bons Hommes, ce qui les auraient directement conduit au bucher, ils étaient, bien souvent, condamné au Mur de Carcassonne. A leur sortie de cette maudite prison, les geôliers les obligeaient à porter sur leur vêtement une pièce de tissus jaune représentant une double croix chrétienne. Ils devaient la porter jusqu’à la fin de leur jour, sous peine d’être condamné au bucher. Nous pouvons penser que l’Eglise Catholique et probablement l’évêque de Carcassonne, voulu rappeler ceci aux habitants de Serres, qui furent nombreux à être inquiéter par l’inquisition. Les anciens sympathisants Cathares étaient non seulement obliger de porter la double croix jaune, mais ils devaient obligatoirement suivre les offices religieux catholiques romains du village.
Ces pauvres gens qui avaient tant souffert de l’ignominie de cette croisade avaient sous leurs yeux, tout au long des offices, le rappelle de cette double croix et de ce qu’elle impliquait en cas de son renoncement. L’église de Serres est exceptionnelle, car, nous ne croyons pas qu’il existe d’autres représentations de ce type dans cette terre Occitane qui se souvient encore des horreurs réalisées lors de cette honteuse croisade décidée par l’église de Rome.


© "Rennes-Le-Château - Le Dossier !" - Tous droits réservés - JP Pourtal - 1998 - 2017
Site déclaré à la CNIL sous le n° 1064129

CopyrightFrance.com

Rennes-Le-Chateau Le Dossier